Mes articles

Prendre un risque pour ce qui compte…

By 18 novembre 2020 novembre 25th, 2020 No Comments

Si on m’avait dit que je prendrais des risques pour aller faire du vélo pendant 2h à Vincennes un jour …

J’admets que le risque est faible. Mais quand même, contrevenir à l’ordre établi parce qu’on a envie de se balader, seule, dans ce qui ressemble le plus à la « nature » pour un parisien, c’est ubuesque.

Mon besoin d’activité physique n’était plus satisfait par le Père Lachaise pourtant beau en cette saison. Je l’ai arpenté sous tous les angles, découvrant des perspectives nouvelles. C’est presque un musée me disais-je alors que les musées sont fermés. Juste un peu glauque peut être d’aller au cimetière chaque jour, même si la mort ne me gène pas et rappelle la joie d’être vivant, même confinée.

Cela ne remplit pas mon envie de plus d’exercice, de faire du vélo qui est une activité qui me ressource, envie augmentée par ce soleil. Ce besoin d’un peu plus d’espace, d’ouvrir le champ visuel assez limité en ville, besoin de vitesse, d’odeur de terre et d’humus, pas de pots d’échappement. Alors cette idée d’aller à Vincennes monte depuis plusieurs jours ! (à défaut de Fontainebleau dont les couleurs automnales doivent ravir les riverains en ce moment).

Et la grande question du jour ? Puis-je me laisser voler ce plaisir d’automne innocent qui ne met personne en danger pour 135 € ?

Intéressant d’observer que contrevenir à la loi et risquer l’amende me met mal à l’aise. Une amende, c’est retourner à l’état d’enfant puni s’il ne fait pas ce que les adultes ont décidé pour lui, de ce qui est bien ou mal.

Je sens alors une emprise psychique nouvelle en train de naître. Ne plus m’autoriser à penser ce qui est juste et courber l’échine face à la loi. La loi du 1km / 1h pour une activité physique pourtant solitaire en extérieur non peuplé alors que l’on peut traverser tout paris en métro pour aller acheter une imprimante ! No comprendo.

Alors, je choisis …. en conscience.

Pédaler seule en forêt, même à 3 km de chez moi et même plus d’une heure, je ne vois pas le risque que ça représente pour quiconque. J’ai conscience de l’importance de réfléchir et de vérifier que je ne mets personne en danger par mes actes, d’agir responsable dans mes décisions comme je l’ai toujours fait….

Et peut-être vais-je coûter moins cher à la société que celui devant la télé sous hypnose (négative) des « bad news » du monde qui entretient sa peur à longueur de journée. Je lisais que 1 français sur 5 serait en état dépressif. Normal si on met du négatif dans son cerveau et on se coupe de nature…

Je pense alors à ces personnes que j’ai accompagnées qui se disaient « dépressives » ou épuisées et qui sont redevenues elles-même en s’autorisant à vivre selon leurs envies et moins celles dictées par « la loi des autres ».

Ridicule tant de questions pour un risque minime. Mais cela me sert juste à faire le parallèle avec ce que j’ai décidé parfois en prenant un petit risque pour aller vers ce qui était important pour moi et ce que je pensais juste, avec mon propre discernement.

Je me souviens de ces doutes comme quand je saute d’un avion en parachute, et puis ce Go ! Ce moment où : « advienne que pourra ». L’intuition et la vision de ce que j’ai à gagner plus forte que les doutes et les craintes. Et ensuite l’aventure commence. Le bout de vie nouveau et différent peut démarrer. Ces moment décisifs, professionnels et personnels me reviennent. Je les avait visualisés lors d’un séminaire sur le leadership…

Quand je crois en cette idée et je la développe même si une fois elle a été rejetée en codir. Et 2 ans après c’est un succès et on me rapporte que j’ai alors démontré que j’avais l’étoffe d’un directeur et je suis promue. Ou avant cela, quand je quitte ce job où je m’ennuie et ne me trouve pas assez bien payée pour aller dans un secteur vu comme peu glamour par mes pairs : le fast food. J’ai écouté mon envie d’avoir de l’autonomie, de pouvoir agir. Et j’ai fait du management agile ensuite sans le savoir ! Ou quand je dis non à ce quotidien de couple qui ne me convient plus après avoir essayé d’y remédier. « Compliqué » comme souvent mes clients disent :  » Trop compliqué ». Ou de me lancer comme indépendante il y a 5 ans. Complexe, oui ! Mais pas compliqué.

Je me souviens de chaque grande décision prise après avoir bien réfléchi. En conscience, avec sa part de risque. Je ne regrette aucun de ces choix.

Alors quel (petit) risque prendre aujourd’hui pour vivre plus près de ce qui m’anime ?  

À quoi renoncer éventuellement peut être … 

Comme je le dis souvent aux clients que j’accompagne en hypno-coaching, (l’hypnose utilise les métaphores pour se faire comprendre du subconscient), la vie c’est comme une piscine magnifique … si je n’ose pas mettre mon orteil ou mon pied pour savoir la température … je passe peut être à côté du plaisir de nager … Nous ne sommes jamais obligés de sauter d’un coup … mais parfois quand même il faut sauter après avoir mis l’orteil !

Que nos choix reflètent nos espoirs et non nos peurs

Nelson Mandela

Cela me concerne en ce moment de latence. Autant lors du premier, j’avais revisité mes offres, rebondi, autant là, je me demande sur quoi mettre mon énergie et focus. Sur ce qui est le plus important pour moi. Je ne sais plus trop car ce qui peut -être il y a 5 ans était important l’est moins maintenant et la hiérarchie a évolué. Comment savoir ?

Ce que je sais c’est que marcher dans la grande nature sauvage (là inaccessible…) ou son ersatz à Paris : faire du vélo, me ressource. Alors, j’y vais pour me retrouver et RE-trouver ce qui m’anime le plus aujourd’hui. C’est donc essentiel cette balade en vélo. En fait, je bosse sur mon avenir. Actualiser ce qui compte vraiment. Ce que je souhaite avoir plus dans ma vie dans 5 ans … Puisque ce que j’ai visualisé il y a 5 ans, je l’ai. What will come next ?

Et me vient alors à l’esprit que pareillement à ce que je fais en vélo à Vincennes, je vais avancer avec énergie sur le chemin qui me semble le plus joli aujourd’hui et profiter de ce que je rencontre. M’arrêter sur un banc, sourire à un marcheur et voir ce qui advient ensuite.

Je me pose, j’écris ce texte … Je refais une attestation …. je ris un peu jaune et ressens encore le poids de la loi 1 km / 1h. J’essaie de me re-convaincre de mon libre arbitre justifié : pourquoi seule ne rencontrant personne je devrais rester enfermée dans cet espace temps arbitraire ? Pourquoi m’enlever cette liberté qui ne met personne en danger sanitaire ?

C’est vrai que toutes ces règles nouvelles créent un enfermement psychique nouveau. Challengeons les cependant avec discernement et en gardant un oeil sur les conséquences et l’impact collectif. Pas de risque pour les autres. Assumer les conséquences pour soi de ses actes. L’amende ici.

Je fais ce parallèle avec le reste de la vie. Nous en avons d’ailleurs tellement de règles dont nous n’avons pas conscience souvent. Celles intégrées enfants qui limitent plus encore notre liberté psychique sans qu’on le sache. Ces « règles » ou ces croyances qui ont créés des schémas mentaux gravés au fer sur ce qui est possible ou impossible, autorisé ou pas, bien ou mal …  Il est peut-être temps de les revisiter et de ne garder que celles qui nous conviennent. C’est là-dessus que j’aide mes clients grâce à l’hypnose : à peu à peu se libérer, à revoir leurs propres règles, à oser expérimenter hors des règles habituelles, pour vérifier par eux-mêmes les conséquences et créer peu à peu la vie qui les met en joie. A innover dans leur vie.

Et en entreprise quand j’interviens pour libérer l’innovation et la créativité des équipes, ce sont ces postures qui challengent le statu quo, les « règles tacites » ou l’autorité et qui prennent des « risques » en conscience qui sont à réveiller. Et on a tous cela en soi…

On le fait bien sur cette deuxième attestation qu’on enchaine. Qui ne l’a pas fait ! Et si on le faisait sur celles qui nous entravent encore plus ?   

J’en ai remis personnellement beaucoup en cause, osant de plus en plus expérimenter et recréer mes croyances, celles qui permettent à mes espoirs de se réaliser ! En ce moment peut-être certaines vont voler en éclat encore et se re-construire sous une forme plus libre. Que dois-je modifier pour avoir un quotidien ou un futur plus vibrant ?

Peut-être accepter d’avoir pour un temps zéro objectif. Une nouveauté pour moi. Un peu inquiétant, ce vide. Juste lâcher prise et suivre ce qui me donne le plus le sourire … Je vais expérimenter et voir si ça donne les bons fruits … c’est ça le lâcher prise ! à suivre … 

C’est le chemin qui compte ! 

Tout le monde connait l’Alchimiste !

Just dare doing what is worth for you ! Nobody will do it better.